19
octobre
2022
SAVE THE DATE - 19 octobre 2022 - La Journée finances locales de l'APVF !

SAVE THE DATE - 19 octobre 2022 - La Journée finances locales de l'APVF !

Finances et fiscalité locales

La Journée Finances locales, organisée par l’APVF et le groupe BPCE, se tiendra le mercredi 19 octobre 2022 (9h45-14h). Cette journée sera consacrée au budget 2023 et à la programmation des finances publiques 2023-2027. “Quelles réformes en perspective pour les finances et la fiscalité locale ?” Pour télécharger le programme cliquez ici Pour s’inscrire cliquez ici

La Journée Finances locales, organisée par l’APVF et le groupe BPCE, se tiendra le mercredi 19 octobre 2022 (9h45-14h). Cette journée sera consacrée au budget 2023 et à la programmation des finances publiques 2023-2027.

“Quelles réformes en perspective pour les finances et la fiscalité locale ?”

Pour télécharger le programme cliquez ici
Pour s’inscrire cliquez ici

15
octobre
2022
Journée nationale de la citoyenneté et de la fraternité

Journée nationale de la citoyenneté et de la fraternité

Questions de société

La journée nationale de la citoyenneté et de la fraternité se tiendra cette année le 15 octobre. Cette initiative rassemble l’ensemble des associations d’élus. L’ensemble des associations a publié une tribune pour présenter la démarche. La journée nationale de la citoyenneté et de la fraternité aura lieu le 15 octobre prochain. Créée à l’initiative de …

La journée nationale de la citoyenneté et de la fraternité se tiendra cette année le 15 octobre. Cette initiative rassemble l'ensemble des associations d'élus. L'ensemble des associations a publié une tribune pour présenter la démarche.

La journée nationale de la citoyenneté et de la fraternité aura lieu le 15 octobre prochain. Créée à l'initiative de l'ODAS, l'observatoire national de l'action sociale, elle vise à renforcer les liens sociaux et l'engagement citoyen.

Cette journée sera l'occasion de mettre en avant l'ensemble des actions de solidarité engagées localement durant l'ensemble de l'année.

Les principales des associations d'élus se mobilisent en faveur de cette journée.

 

Liste d'idées d'initiatives à mettre en place le 15 octobre

Lire la Tribune "Face aux crises, renforçons les liens sociaux et l'engagement citoyen"

 

22
septembre
2022
Vers la sobriété foncière : pour une densité heureuse dans les petites villes

Vers la sobriété foncière : pour une densité heureuse dans les petites villes

Logement et urbanisme

La quatrième table ronde était consacrée à la question de la sobriété foncière. Des intervenants de qualité se sont exprimés pour évoquer la réhabilitation en centre-ville, la zéro artificialisation nette et les enjeux de densification des villes. Hélène Peskine, Architecte urbaniste générale de l’Etat, Secrétaire permanente du PUCA du ministère de la Transition écologique, a …

La quatrième table ronde était consacrée à la question de la sobriété foncière. Des intervenants de qualité se sont exprimés pour évoquer la réhabilitation en centre-ville, la zéro artificialisation nette et les enjeux de densification des villes.

Hélène Peskine, Architecte urbaniste générale de l’Etat, Secrétaire permanente du PUCA du ministère de la Transition écologique, a présenté plusieurs exemples de réhabilitations en centre-ville, véritables leviers de redynamisation des villes concernées. Pascal Berteaud, Directeur général du Cerema, a rappelé le rôle d’accompagnement du Cerema dans la mise en œuvre des programmes de revitalisation, qu’il s’agisse du montage des projets que des dossiers de subvention. Philippe Clergeau, Professeur émérite au Muséum national d’Histoire naturelle, est revenu sur l’objectif « zéro artificialisation nette » et la nécessité de définir une méthode. Après des politiques publiques laxistes tant sur l’étalement urbain que sur l’agriculture de proximité, il suggère de « penser la ville comme une écosystème ». Une piste de réflexion selon lui : les plans alimentaires territoriaux. François Rieussec, Président de l’UNAM, a évoqué les enjeux de densification et la question du coût de la construction.

En réaction à ces interventions, Fanny Chappé, Maire de Paimpol, membre du Bureau de l’APVF, a insisté sur les freins à l’action locale : les élus locaux se confrontent à la fois aux contraintes financières et foncières. Elle préconise un droit à l'expérimentation et la suppression des zonages. Pour Romain Colas, Maire de Boussy-Saint-Antoine, Vice-président de l’APVF, « une densité heureuse est possible », mais elle suppose de susciter l’adhésion des habitants en amont.

22
septembre
2022
Reconquête industrielle et revitalisation des centres-villes : concilier le possible et le souhaitable

Reconquête industrielle et revitalisation des centres-villes : concilier le possible et le souhaitable

Ville intelligente et durable

Pour la troisième table ronde de notre congrès, les débats se sont concentrés sur les questions relatives à la reconquête industrielle et à la revitalisation des centres-villes. Harold Huwart, Maire de Nogent-le-Rotrou, Vice-président de l’APVF, après avoir rappelé que 70 % des emplois industriels français se situaient dans les communes de moins de 20 000 habitants, a …

Pour la troisième table ronde de notre congrès, les débats se sont concentrés sur les questions relatives à la reconquête industrielle et à la revitalisation des centres-villes.

Harold Huwart, Maire de Nogent-le-Rotrou, Vice-président de l’APVF, après avoir rappelé que 70 % des emplois industriels français se situaient dans les communes de moins de 20 000 habitants, a établi le constat suivant : l’investissement industriel n’a jamais été aussi élevé qu’aujourd’hui, avec un mouvement massif de relocalisations. Alors que le défi est immense, les petites villes manquent encore de compétences (concentrées dans les métropoles) et de foncier (besoin de portage des reconversions de friches). Dominique Faure, Secrétaire d’Etat chargée de la Ruralité, a présenté les conditions de réussite d’une politique de réindustrialisation, et notamment en termes de formation, et a invité les petites villes qui ne l’ont pas encore fait à candidater au programme petites villes de demain. Guillaume Basset, Directeur général adjoint de Business France, a expliqué les missions de Business France. Sur 1600 projets d’investissement étrangers portés chaque année en France avec le soutien de Business France, 72 % sont des projets industriels, et la moitié d’entre eux sont déployés dans des communes de moins de 20 000 habitants. Olivier Sichel, Directeur général délégué de la Caisse des dépôts et directeur de la Banque des territoires, a insisté sur le besoin en ingénierie des petites villes et le rôle d’accompagnement de la Banque des territoires dans la recherche de foncier disponible. Jean-Pierre Rivery, Président de la CCI Bretagne, a rappelé que les CCI ont un véritable rôle de facilitateur dans cette transition industrielle grâce à leur maillage territorial. Pour irriguer l’ensemble du territoire, il faut une vision globale : ainsi, par exemple, la souveraineté alimentaire sur un territoire passe par le maintien des agriculteurs sur celui-ci. Un des leviers de réussite : le droit d’expérimentation et la mise en valeur des bonnes pratiques.

En réaction à ces interventions, Laurence Porte, Maire de Montbard, Vice-présidente de l’APVF, est revenu sur le coût de l’énergie et les freins au maintien de l’industrie là où elle existe. Frédéric Leveillé, Maire d’Argentan, après avoir rappelé la situation de sa commune, particulièrement touchée par la mondialisation, a expliqué de quelle façon elle s’est adaptée pour attirer de nouvelles entreprises et en investissant massivement dans l’énergie renouvelable (25 % d’énergie renouvelable) et l’économie circulaire.

22
septembre
2022
Retour en grâce des Petites Villes : Mythe ou réalité ?

Retour en grâce des Petites Villes : Mythe ou réalité ?

Formations / Rencontres

La première table ronde des Assises des Petites Villes était consacrée au retour en grâce des Petites Villes. Deux essayistes et une universitaire ont tenté de démêler le vrai du faux concernant ce regain d’attrait des collectivités à taille humaine. Hélène Milet, Responsable du programme Territoires au POPSU (plateforme d’observation des projets et stratégies urbaines), …

La première table ronde des Assises des Petites Villes était consacrée au retour en grâce des Petites Villes. Deux essayistes et une universitaire ont tenté de démêler le vrai du faux concernant ce regain d'attrait des collectivités à taille humaine.

Hélène Milet, Responsable du programme Territoires au POPSU (plateforme d'observation des projets et stratégies urbaines), a commencé par établir le mythe : il n'y a pas d'exode urbain avec un départ massif des grandes villes vers les petites collectivités. Toutefois, les petites villes et les villes moyennes confirment leur attractivité. Si ces flux ne sont pas massifs, ils ont néanmoins augmenté après la crise sanitaire. Jean-Laurent Cassely, co-auteur de La France sous nos yeux, avec Jérôme Fourquet, a appuyé ce constat. Selon lui, au sein des jeunes générations, outre un quête de sens professionnelle, on retrouverait une quête de sens "spatiale". André Broto, auteur de Transports : les oubliés de la République, a souligné l'importance du désenclavement des Petites Villes pour confirmer leur attractivité. Trop souvent, dans ces communes, selon lui "en matière de transports, le mythe c'est la proximité, la réalité, c'est la distance".

En réaction à ces interventions, Cédric Clech, Maire de Tonnerre, a rappelé qu'une baisse de population s'accompagne souvent d'une baisse de services publics. Le rôle du maire est alors de relancer ses services publics pour enrayer le déclin démographique.  Camille Pouponneau, Maire de Pibrac, a souligné qu'en dépit de la forte attractivité de sa ville, en région toulousaine, la problématique des transports demeurait prégnante. Enfin, Vincent Chauvet, Maire d'Autun, a conclu cette table-ronde en distinguant les notions de désirabilité avec celle de gain de population.

 

22
septembre
2022
L'APVF et Villes Internet renouvellent leur partenariat

L'APVF et Villes Internet renouvellent leur partenariat

Ville intelligente et durable

L’APVF et Villes Internet ont renouvelé leur partenariat pour 2 ans à l’occasion des XXIVe Assises des Petites Villes. Christophe Bouillon, Président de l’APVF, Maire de Barentin, a pu échanger à cette occasion avec Caroline Zorn, Vice-Présidente de Villes Internet et vice-présidente de l’Eurométropole de Strasbourg. M. Bouillon et Mme Zorn ont échangé sur les …

L'APVF et Villes Internet ont renouvelé leur partenariat pour 2 ans à l'occasion des XXIVe Assises des Petites Villes. Christophe Bouillon, Président de l'APVF, Maire de Barentin, a pu échanger à cette occasion avec Caroline Zorn, Vice-Présidente de Villes Internet et vice-présidente de l’Eurométropole de Strasbourg.

M. Bouillon et Mme Zorn ont échangé sur les grands enjeux du moment en matière de numérique pour les élus. Ils ont insisté sur la capacité de transformation que peut représenter le numérique pour les collectivités.

Ces enjeux sont en effet essentiels pour les petites villes. La question numérique demeure une question sur laquelle l'APVF est particulièrement en pointe, avec la publication de nombreuses contributions thématiques à retrouver sur le site Internet de l'association.

22
septembre
2022
L'APVF reçue par le Ministre de l'Education nationale : lancement d'une instance de concertation avec les associations d'élus

L'APVF reçue par le Ministre de l'Education nationale : lancement d'une instance de concertation avec les associations d'élus

Services publics

Une délégation de l’APVF, menée par Jean-Michel Morer, Maire de Trilport, a participé, avec d’autres associations d’élus, à une rencontre avec le ministre de l’Education nationale, M. Pap Ndiaye. Une nouvelle instance de dialogue Etat-collectivités Le Ministre de l’Education nationale, Pap Ndiaye, a convié l’ensemble des associations d’élus pour la séance d’installation d’une nouvelle instance …

Une délégation de l'APVF, menée par Jean-Michel Morer, Maire de Trilport, a participé, avec d'autres associations d'élus, à une rencontre avec le ministre de l'Education nationale, M. Pap Ndiaye.

Une nouvelle instance de dialogue Etat-collectivités

Le Ministre de l'Education nationale, Pap Ndiaye, a convié l'ensemble des associations d'élus pour la séance d'installation d'une nouvelle instance de dialogue entre la rue de Grenelle et les collectivités locales.

M. Ndiaye a tout d'abord souligné la complémentarité des actions du Ministère et des collectivités. Néanmoins, aucune instance de dialogue ne vient organiser les coopérations entre les deux échelons. C'est la raison pour laquelle le ministre de l'Education nationale a souhaité mettre en place ce forum de discussion, pensé comme un lieu de partage des informations du terrain et d'échange sur le moyen et le plus long terme.

Au vu de la multiplication des organes de dialogue, M. Ndiaye a insisté sur la différence avec les consultations menées dans le cadre Conseil National de la Refondation. Celles-ci ont en effet vocation à se dérouler au niveau de chaque établissement, sur la base du volontariat, pour confectionner un projet local. Ces projets pourront être financés par Fonds d'Innovation Pédagogique abondé à hauteur de 500 millions d'euros. Le ministre de l'Education a confirmé qu'il ne serait demandé aucun effort financier complémentaire pour financer ces projets.

"Une instance de concertation qui ne doit pas être une énième grand'messe" selon Jean-Michel Morer

Jean-Michel Morer, référent Education et Maire de Trilport, représentait l'APVF lors de cette réunion. Il a indiqué que l'APVF accueillait favorablement l'initiative du Ministre. Il a néanmoins ajouté que ce forum devait avoir des répercussions concrètes auprès des Français. M. Morer a mis en garde sur les risques de "blackout territorial" du fait de la flambée des prix.  L'accompagnement des établissements scolaires en est d'autant plus nécessaire. Le référent Education a notamment souligné l'importance des sujets d'inclusion. Il a rappelé que l'APVF était la première association à avoir alerté sur l'état des Ulis et à avoir proposé de considérer la pause méridienne comme temps scolaire pour faciliter la continuité du travail des AESH.

A l'issue de la rencontre, les participants ont convenu d'échanger lors de la prochaine réunion sur deux thématiques :

  1. La transition écologique et le bâti scolaire ;
  2. L'Ecole inclusive.

La prochaine réunion devrait se tenir au mois de décembre.

22
septembre
2022
L'APVF rencontre le ministre de la Santé François Braun : un dialogue franc et constructif

L'APVF rencontre le ministre de la Santé François Braun : un dialogue franc et constructif

Santé

Une délégation de l’APVF conduite par son Président Christophe Bouillon a rencontré mardi 20 septembre le ministre de la Santé François Braun.  D’entrée de jeu, Christophe Bouillon a évoqué la gravité des problèmes concernant l’offre de soins dans les territoires (situation financière des petits hôpitaux, crise des urgences, et désertification médicale). Si le Ségur de …

Une délégation de l'APVF conduite par son Président Christophe Bouillon a rencontré mardi 20 septembre le ministre de la Santé François Braun. 

D'entrée de jeu, Christophe Bouillon a évoqué la gravité des problèmes concernant l'offre de soins dans les territoires (situation financière des petits hôpitaux, crise des urgences, et désertification médicale).

Si le Ségur de la Santé a permis d'aborder la question des personnels hospitaliers avec notamment des revalorisations salariales, le Président de l'APVF a regretté la trop faible association des élus dans le processus et a formé le vœu que le CNR (Conseil national de la refondation) Santé annoncé par le ministre permettra d'aborder l'ensemble des questions liées à l'offre de soins : gouvernance des ARS qu'il convient de démocratiser et de décentraliser, la gouvernance hospitalière, et surtout la désertification médicale qu'il faut désormais aborder avec des mesures courageuses.

Le ministre s'est voulu rassurant sur les modalités de concertation qui se dérouleront tout à la fois au plan national et dans chaque territoire au niveau des bassins de vie.

Mais une divergence de fond demeure avec l'APVF, le ministre ne croyant pas aux mesures de régulation et prônant plutôt des mesures d'aides à l'installation des jeunes médecins ainsi que des mesures favorisant l'allongement du temps médical sur le temps administratif. L'APVF reconnaît bien sûr l'intérêt des aides à l'installation ainsi que la nécessité de maximiser le temps consacré à prendre en charge les patients mais défend en outre des mesures de répartition des médecins sur le territoire national ainsi que de plus fortes délégations de compétences aux paramédicaux pour une couverture plus optimale de la population.

Le constat commun entre le ministre et les maires présents à l'entretien : mettre un terme à la "course à l'échalotte" des salaires des intérimaires véritables mercenaires qui pénalisent les petites structures hospitalières.

22
septembre
2022
40 ans après les lois de Décentralisation : retisser la confiance entre l’Etat et les territoires

40 ans après les lois de Décentralisation : retisser la confiance entre l’Etat et les territoires

Réforme territoriale et gouvernance locale

La table ronde finale des Assises de l’APVF était consacrée à une discussion sur l’avenir de la décentralisation et ses implications en matière de relations financières entre l’Etat et les collectivités territoriales. Michaël QUERNEZ, Maire de Quimperlé (29), Premier Vice-président de la région Bretagne, s’est inquiété de l’essoufflement de la Décentralisation et de ses conséquences : …

La table ronde finale des Assises de l’APVF était consacrée à une discussion sur l’avenir de la décentralisation et ses implications en matière de relations financières entre l’Etat et les collectivités territoriales.

Michaël QUERNEZ, Maire de Quimperlé (29), Premier Vice-président de la région Bretagne, s’est inquiété de l’essoufflement de la Décentralisation et de ses conséquences : plus qu’un « blackout territorial », nous assistons aujourd’hui à un « blackout démocratique ». Il faut un choc des « autonomies » (réglementaire, financière…) pour répondre véritablement aux besoins de la population (logement, mobilité…).

Nathalie APPÉRÉ, Maire de Rennes (35), Présidente de Rennes Métropole, partage la nécessité d’un choc de confiance et de décentralisation. De ce point de vue, plusieurs niveaux d’enjeux : être capable de définir des objectifs en commun en responsabilité puis, nous donner effectivement la capacité à faire via le renforcement de l’autonomie financière et surtout fiscale.

Christian COAIL, Président du Conseil départemental des Côtes-d’Armor, a évoqué la situation des départements et le big-bang fiscal qu’ils subissent avec la suppression de leur fiscalité de stock. Ils ne disposent aujourd’hui que de ressources volatiles alors que leurs dépenses sont avant tout sociales et tout aussi sensibles à la conjoncture : on ne peut pas continuer comme cela.

Sébastien MIOSSEC, Maire de Riec-sur-Belon (29), Président de Quimperlé communauté, Président délégué d’Intercommunalités de France, a rappelé que les villes-centres, souvent des petites villes, sont très liées à l’intercommunalité. La question de la confiance doit également être appréhendée au niveau local.

Pour Françoise GATEL, Sénatrice d’Ille-et-Vilaine (35), Présidente de la délégation aux collectivités territoriales du Sénat, tout l’enjeu tient à l’obligation de résultat et d’efficacité qui s’impose aux élus dont ils sont les principaux « mécanos ». Pour la Sénatrice, il est illusoire de considérer que les solutions se situent dans l’autonomie financière ou le grand soir de la décentralisation. En revanche, il faut donner plus de « liberté de faire » à travers le droit à l’expérimentation (exemples : ZAN, médecine scolaire).

Benjamin MOREL, Maître de conférences à l’Université Panthéon-Assas et Président du conseil scientifique de Res Publica, a évoqué la rupture du lien entre l’Etat et les collectivités qui engendre une dégradation du dialogue et des inégalités et le fait que ce délitement coïncide avec la désaffection démocratique. Il faut rappeler que l’objectif de la décentralisation c’est d’abord la démocratisation de la vie publique. A partir de ces constats, comment retisser ce lien de confiance ? Trois types de solutions selon lui : le premier, s’engager sur un projet et répondre par un bilan. Or, cela est de plus en plus difficile pour les élus locaux. C’est pourquoi, il faut mettre l’accent sur la « proximité ». Le deuxième, c’est de savoir ce qu’on paie et pourquoi (fiscalité). Il faut alors de la « lisibilité ». Le troisième, le principal, c’est la capacité d’action du politique (la collectivité, en tant qu’entité politique). Cela passe par les « finances » (avoir la maîtrise sur les impôts et précisément sur les taux) et la « norme » (il faut mettre en place des processus de délégalisation des dispositifs réglementaires en place).

22
septembre
2022
Assises des petites villes à Dinan : 500 élus s'inquiètent du risque de "blackout territorial"

Assises des petites villes à Dinan : 500 élus s'inquiètent du risque de "blackout territorial"

Réunis à Dinan en Bretagne les 15 et 16 septembre, à l’occasion des XXIVe Assises des Petites Villes de France, les maires des petites villes ont alerté sur les risques d’un « Blackout territorial » dans les collectivités, compte tenu de la dégradation de leur situation financière, en raison notamment de l’explosion des coûts de l’énergie. Ce « Blackout …

Réunis à Dinan en Bretagne les 15 et 16 septembre, à l’occasion des XXIVe Assises des Petites Villes de France, les maires des petites villes ont alerté sur les risques d’un « Blackout territorial » dans les collectivités, compte tenu de la dégradation de leur situation financière, en raison notamment de l’explosion des coûts de l’énergie.

Ce « Blackout territorial » pourrait se traduire par une diminution importante du niveau de services publics – crèche, piscine, équipements sportifs et culturels… – et un effondrement du niveau de l’investissement local, empêchant les collectivités territoriales de répondre aux urgences sociales et environnementales auxquelles sont confrontés nos concitoyens.

L’APVF appelle donc à une prise de conscience forte de la part du gouvernement et à une amplification des politiques publiques en direction des Petites Villes. Ils demandent notamment la prise de décisions urgentes dans le domaine du coût de l’énergie, de la désertification médicale et de la revitalisation des Petites Villes.

Dans cette optique, ils ont adopté à l’unanimité la résolution suivante.

Télécharger la résolution des XXIVe Assises des Petites Villes de France

Télécharger le communiqué de presse